L’Actualité économique de ce vendredi 20 avril 2018

La présence de la Guinée aux réunions de printemps de la Banque Mondiale et du FMI à Washington ; la formation des députés sur la nouvelle nomenclature budgétaire ou encore la signature d’un accord de financement additionnel dans le cadre du redressement du secteur de l’électricité sont quelques sujets qu’aborde l’actualité économique de cette semaine.
  1. Les Ministres de l’Economie et des Finances, du Plan et de la Coopération Internationale et du Budget en compagnie du Gouverneur de la Banque Centrale prennent part du 16 au 22 Avril 2018 aux réunions de printemps du Fonds monétaire international (FMI) et du Groupe de la Banque Mondiale.
  1. Selonun rapport semestriel de la Banque mondiale qui analyse l’état des économies africaines, la croissance de l’Afrique subsaharienne devrait atteindre 3,1 % en 2018, et s’établir à 3,6 % en moyenne sur 2019–2020. « Les pays africains doivent intensifier et approfondir les réformes macroéconomiques et structurelles pour parvenir à des niveaux de croissance élevés et soutenus. » soutient Albert Zeufack, économiste en chef de la Banque mondiale pour la Région Afrique.
  1. La commission économie finances et plan du parlement a entamé ce jeudi 19 avril 2018 une formation sur le cadre législatif et réglementaire des finances publiques et la nouvelle nomenclature budgétaire en Guinée. L’objectif de cet atelier soutenu par L’Union Européenne est de contribuer au renforcement des capacités des acteurs impliqués dans la préparation du budget de l’État.
  1. La délégation du FMI a bouclé sa mission à Conakry. Pendant deux semaines, les experts du FMI ont passé en revue les performances de l’économie guinéenne. Des points positifs ont été relevés dont l’accumulation d’un niveau de réserve internationale plus importante que prévue ou l’inflation en augmentation. Cette mission s’inscrit dans le cadre de la première revue du nouveau programme soutenu par la Facilité élargie de crédit.
  1. Cette restitution de la mission du FMI a été aussi l’occasion pour les Ministres de l’Economie et des Finances et du Budget d’aborder une fois encore la question sur la hausse éventuelle du prix du carburant à la pompe et aussi la problématique de la subvention de l’électricité en Guinée. Malado Kaba et Dr Mohamed Lamine Doumbouya ont pris à titre illustratif, la situation de certains pays limitrophes.
  1. Justement, le Gouvernement guinéen et Banque Mondiale viennent de procéder à la signature de l’accord de financement additionnel de 25 millions de dollars dans le cadre du redressement du secteur de l’électricité. Le Gouvernement par la voix de madame le Ministre de l’Economie et des Finances affirme sa volonté du Gouvernement à œuvrer pour une bonne exécution de ce projet qui converge également avec les actions menées dans le cadre du renforcement et de l’amélioration de la gouvernance financière de nos entreprises publiques.
7.Et s’agissant de l’augmentation du prix du carburant, Dr Facinet Conté, enseignant chercheur dans une université de la place soutient que cela serait une catastrophe pour le pays. Car dit-il, cela va augmenter le niveau général des prix. Financer l’agriculture, l’élevage et la pêche… va aider à booster notre économie, assure l’économiste.
  1. Dans le but de promouvoir l’artisanat guinéens et inclure ce métier dans le développement socioéconomique de notre pays, le Ministre de l’Economie et des Finances a fait faire des meubles « Made in Guinea » pour équiper la nouvelle Direction Nationale du Trésor et du Patrimoine Public. L’initiative vise à prouver qu’il est bien possible de produire ce que nous consommons et consommer ce que nous produisons.
  1. En fin, le Secrétaire Général de la branche dissidente du Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée (SLECG), a confié mercredi dernier au site d’information mediaguinee.org qu’il reste optimiste quant au paiement par l’Etat des 8 millions de francs guinéens à chaque enseignant. Aboubacar Soumah affirme que : « L’Etat n’a aucune difficulté, c’est le résultat de la mauvaise gestion. Nous, (SLECG) nous ne sommes pas responsables de ça, c’est une manière de nous barrer les négociations futures… ».
  Mesdames et Messieurs, pour vous le condensé de l’actualité économique de ce jour. Merci !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *